Santé mentale | Ophea Teaching Tools

    Santé mentale

    La santé mentale est une partie intégrale de l’état de santé général de l’élève et est essentielle à sa survie, puisqu’elle influence son comportement, sa perception, sa façon de penser, de communiquer et de comprendre le monde.[1] La compréhension des enfants et des jeunes des influences positives sur la santé mentale (p. ex., vie, amour, écoles, amitiés, famille) comprend l’acquisition des connaissances au sujet des indicateurs de la santé mentale et des comportements qui y sont associés (p. ex., dépression, anxiété, consommation de substances, faible estime de soi). Sans une bonne santé mentale, les jeunes personnes peuvent être incapables de réaliser leur plein potentiel ou de prendre part pleinement à la vie quotidienne. Les discussions et les activités portant sur la santé mentale peuvent aborder divers aspects, comme l’amélioration du bien-être émotionnel, le traitement et la prévention de graves troubles de santé mentale et la prévention du suicide.[2] En offrant sur une base continue des occasions de discuter et d’apprendre au sujet de la santé mentale et des maladies mentales, les enseignants peuvent amorcer le dialogue avec les élèves qui ont besoin d’aide additionnelle.

    Parler de la santé mentale et de la maladie mentale

    La santé mentale et la maladie mentale peuvent être des sujets difficiles à enseigner et sur lesquels avoir des discussions à cause de la grande diversité des expériences, de l’information (bonne ou erronée) et de la compréhension de ce que sont la santé mentale et la maladie mentale. Les jeunes (et les adultes) reçoivent cette information des gens qui les entourent, incluant leurs pairs, leurs frères et sœurs, leurs parents, les médias et autres adultes tels que vous-même. Il est donc important de réfléchir sur la façon dont vos propres perceptions de la santé mentale et de la maladie mentale peuvent influencer la façon dont nous discutons de cette importante question.

    Souvent, les perceptions des élèves concernant la santé mentale et la maladie mentale sont étroitement liées à leurs expériences personnelles. Par exemple, certains élèves peuvent avoir un ami ou un membre de la famille qui a souffert ou qui souffre actuellement d’une maladie mentale. Certains de vos élèves peuvent eux-mêmes avoir éprouvé une mauvaise santé mentale ou avoir souffert d’une maladie mentale. En fait, un élève sur sept (15 %) fréquentant la 7e à la 12e année en Ontario qualifie sa santé mentale de passable à médiocre.[3]

    La stigmatisation, faisant référence aux attitudes négatives (préjugés) et aux comportements négatifs (discrimination), a également un impact marqué sur la façon dont les jeunes (et les adultes) discutent à propos de la santé mentale et de la maladie mentale, ainsi que sur la façon dont ils traitent les gens atteints d’une maladie mentale.[4] Le contexte culturel peut aussi avoir un impact sur la façon dont les jeunes parlent (ou ne parlent pas) de ces sujets.

    Quelques définitions

    Il peut exister une certaine confusion entre les concepts de santé mentale et de maladie mentale. Par exemple, les gens peuvent parfois utiliser le terme « santé mentale » alors qu’ils veulent dire « maladie mentale ». Voici ci-dessous deux définitions [5] couramment acceptées pour ces termes :

    Santé mentale : « la capacité qu’a chacun d’entre nous de ressentir, de penser et d’agir de manière à améliorer notre aptitude à jouir de la vie et à relever les défis auxquels nous sommes confrontés ».

    Maladie mentale : « une atteinte biologique du cerveau caractérisée par des altérations de la pensée, de l’humeur ou du comportement associées à un état de détresse et à un dysfonctionnement marqués ».

    Tout comme pour la « santé », la « santé mentale » est un concept positif. [6] Par contre, la « maladie mentale », bien que liée à la santé mentale, est un concept distinct. La maladie mentale fait référence à diverses maladies incluant, entre autres,  la dépression, l’anxiété et la schizophrénie. La santé mentale et la maladie mentale sont intimement liées et il en va de même pour la santé mentale et la santé. Ce que nous ressentons dans notre esprit influence la façon dont nous nous sentons dans notre corps et vice versa.

    La santé mentale et la maladie mentale sont des concepts différents, mais étroitement liés

    La santé mentale et la maladie mentale sont deux concepts différents, comme le suggèrent leurs définitions. Cependant, ce ne sont pas tout simplement des concepts opposés. Souvent, les gens présument que vous avez une bonne santé mentale ou que vous êtes atteint d’une maladie mentale. La réalité n’est pas si simple.

    La santé mentale, comme la santé physique, est une partie intégrale de nous-mêmes qui est toujours avec nous. [7] Donc, même si nous sommes atteints d’une maladie mentale, il est toujours possible de revenir à une bonne santé mentale avec le bon traitement et le bon soutien. Prenons l’exemple d’une personne atteinte de diabète, une maladie physique. Si elle obtient le bon traitement et le bon soutien, cette personne peut tout de même mener une vie autrement en santé et fonctionner normalement. Dans le même ordre d’idée, une personne atteinte d’une maladie mentale qui reçoit le bon traitement (comme des médicaments ou une thérapie) et le soutien social nécessaire (p. ex., famille et amis qui se soucient d’elle) peut quand même composer avec sa maladie et bien réussir dans la vie. Enfin, si l’on définit la santé mentale comme étant un concept positif et un état que tous peuvent atteindre, incluant les personnes atteintes d’une maladie mentale, on peut apporter un élément positif et rempli d’espoir aux discussions avec les jeunes au sujet de la santé mentale. [2]

    Ceux qui souhaitent en apprendre davantage sur les liens entre la santé mentale et la maladie mentale pourraient être intéressés par le modèle à deux continuums élaboré par le sociologue Corey Keyes. M. Keyes décrit la santé mentale et la maladie mentale comme existant sur des axes distincts qui se croisent : un axe s’étend d’une mauvaise santé mentale à une santé mentale optimale, et l’axe qui le croise s’étend de l’absence de symptômes à la maladie mentale grave. [8] Une version adaptée par l’institut canadien d’information sur la santé (2009) du modèle de Keyes peut être consultée à la page 14 de la ressource « Best practice guidelines for mental health promotion programs: Children (7-12) and youth (13-19) » (en anglais seulement) du Centre de toxicomanie et de santé mentale, de l’École de santé publique Dalla Lana de l’Université de Toronto, et du Bureau de santé publique de Toronto, au sujet des lignes directrices portant sur les meilleures pratiques pour les programmes de promotion de la santé mentale pour les enfants et les jeunes.


    [1] Ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario. (2011). Esprit ouvert, esprit sain. Sur Internet : http://www.health.gov.on.ca/fr/common/ministry/publications/reports/mental_health2011/mentalhealth_rep2011.pdf  

    [2] Ministère de l’Éducation de l’Ontario. (2013). Vers un juste équilibre : Guide à l’intention du personnel scolaire pour promouvoir la santé mentale et le bien-être des élèves. Sur Internet : www.edu.gov.on.ca/fre/document/reports/SupportingMindsFr.pdf 

     [3] Boak, A., Hamilton, H.A., Adlaf, E.M., Beitchman, J.H., Wolfe, D., & Mann, R.E. (2014). Résumé du rapport de 2013 sur la santé et le bien-être selon le SCDSEO (incluant dans le rapport  en anglais The mental health and well-being of Ontario students, 1991-2013: Detailed OSDUHS findings). Sur Internet :  https://www.camh.ca/-/media/files/pdf---osduhs/osduhs-brochure-pdf.pdf

    [4] Organisation mondiale de la santé. (2012). Les risques pour la santé mentale : aperçu des vulnérabilités et des facteurs de risque. Sur Internet : https://www.who.int/mental_health/mhgap/risks_to_mental_health_FR_27_08_12.pdf 

    [5] Gouvernement du Canada. (2006). Aspects humain de la santé mentale et de la maladie mentale au Canada. Sur Internet : http://publications.gc.ca/collections/Collection/HP5-19-2006F.pdf

    [6] Institut canadien d’information sur la santé. (2009). Explorer la santé mentale positive. Sur Internet : https://secure.cihi.ca/free_products/mh_report_13Feb2009_f.pdf

    [7] Organisation mondiale de la santé. (2014). La santé mentale : renforcer notre action. Sur Internet : https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/mental-health-strengthening-our-response

    [8] Keyes, C.L.M. (2002). The mental health continuum: from languishing to flourishing in life. Journal of Health and Social Behaviour. 43 (2), 207-222. Sur Internet : http://www.midus.wisc.edu/findings/pdfs/56.pdf